pub-8029329112218855

HISTOIRE

HISTORISQUE DE LA CRETION DU COMMUNE

1-HISTORIQUE : A l’accession du Mali à la souveraineté nationale et internationale, l’arrondissement de Diakon fut crée le 5 mars 1965 par le groupement de cinq anciens cantons : le canton de Diakon, de Dendougou, de Kandia, de Kembélé, et de Diédigui-Kassé. Par la loi no 96- 059/AN- RM du 4 novembre 1996 portant création des communes, dix sept (17) villages qui constituaient l’ex- arrondissement de Diakon, ont constitué l’actuelle commune rurale de Diakon. Elle a comme chef lieu de commune le village de Diakon. Le conseil communal élu le 2 Mai 1999 est composé de 23 conseillers Le Bureau communal installé le 09 Novenbre1999 st dirigé par le Maire Monsieur Koita Bouillagui cultivateur assisté de trois adjoints.

 

2-Situation géographique: La commune rurale de Diakon se trouve dans la région sahélienne de l’ouest du Mali sur le plateau du Kaarta ( 300m d’altitude), elle est Située à l’extrême nord du cercle de Bafoulabés. Commune est limitée à l’Est par la commune rurale de Lakamané (cercle de Diéma), au Nord par la commune de Sandaré (cercle de Nioro), au sud par les communes de Diallan et Tomora (cercle de Bafoulabé), à l’ouest par la commune de Maréna-tringa (cercle de Yelimané). Elle est distante de Bafoulabé de 140 km, son chef lieu de cercle.

 

3-Organisation administrative : La commune de Diakon est constituée de dix-sept (17) villages et des hameaux dont la gestion de ses affaires est confiée à un conseil communal de vingt trois membres et un bureau communal composé d’un Maire et trois adjoints.

 

4-Organisation institutionnelle : S’agissant de l’organisation institutionnelle, à côté du conseil communal et un bureau présidé d’un maire et ses adjoints chargé de l’exécution des délibérations du conseil communal, existe le sous préfet représentant de l’Etat au niveau de la commune, chargé de l’appui conseil auprès des autorités communales. 

 

B-SITUTATION DE REFERNCE 1-Caractéristiques physiques :

a- Climat : Il est du type sahélien avec une pluviométrie annuelle moyenne de 700 mm . on distingue trois saisons : - la saison froide qui va de décembre en février avec une température maximale de 35°C. c’est la période de l’alizé, - la saison chaude allant de mars en juin avec une température maximale de 45°C . c’est la période de l’harmattan, - la saison des pluies, qui va de juin en octobre. C’est la saison de la mousson .

b- Sols et Végétation : : la végétation et les cultures sont fonction des unités de paysages. Ainsi sur : - les bas-fonds (katamangué en soniké), on rencontre les espèces suivantes : Bombax costatun, Adansonia digitata, Ziziphus mauritiana. Ces sols sont propices aux cultures du sorgho maïs, pastèques, courges, riz,niébé - les sols soblo-argileux (kaâgha), nous avons : Adansonia digitata, Acacia séyal, Tamarindus indica. Ces sols sont réservés pour la culture du mil, l’arachide, le gombo, le wouandzou le maïs, - les sols gravillonnaires (kotié),caractérisés par la présence de Tamarindus indica, Balanites egyptiaca, Ziziphus mauritiana, sont utilisé avec les collines et glacis pour les pâturages. 

c- Hydrographie : le réseau hydraulique est caractérisé par la présence de nombreux cours d’eau, dont la crue et décrue sont fonction de la pluviométrie. Deux d’entre eux sont très importants : le Santama et Mebiné.

d- Relief : située sur les derniers contreforts du fouta Djallon, la commune présente un relief caractérisé par une multitude de collines avec d’étroites plaines entre elles. d-Relief : il se présente comme un ensemble de plaines, de plateaux et des collines .On rencontre à l’Est et au Nord des plaines, de plateaux, à l’Ouest et au Sud des montagnes dont les plus élevées (environ 25 à 300m d’altitude se trouvent à Doualé). Le relief reste marqué par son caractère très accidenté.

 

2-Caractéristiques démographiques et sociales :

Population : La commune compte 21200 habitants (source RACE). Cette population est composée principalement de Soninké. La religion musulmane est la seule pratiquée dans la commune. La commune de Diakon est réputé d’être une localité de forte migration, environ 50% de la population active est touchée par ce phénomène. La migration est perçu comme un bon moyen de formation de l’homme, d’acquisition d’expérience et de richesse. 

 

3-Caractéristiques économiques : Les activités économiques par ordre d’importance sont : l'agriculture, l'élevage, la cueillette, le commerce, l'artisanat. Ces activités constituent les principales ressources de base des populations de la commune.

a- Agriculture : les principales cultures sont : - les cultures vivrières : le sorgho, le mil , le riz, le fonio, le maïs, le haricot - les cultures de rente : l’arachide, - les cultures maraîchères : oignon, tomate, aubergine, niébé feuille, laitue, choux etc.

b- Elevage : C’est une activité florissante dans la commune car commune de Diakon est propice à l’élevage à cause de son climat moins humide de la disponibilité et de la qualité des pâtures. L’élevage demeure l’une des principales activités de la population, on trouve des bovins, ovins, caprins, asins, équins et volailles. Les peuhls Toronkés qui viennent des communes frontalières du Nord y séjournent en transhumance à la période sèche conduisant d’importants troupeaux ( de bovins d’ovins et caprins ) à la recherche de pâturage et de l’eau pour l’abreuvement du cheptel.

c- La cueillette : Les principaux produits de cueillette sont: Ziziphus mauritiana, Andonia digitata, cordina pienata balantes aegyptiaca etc. destinés surtout à la consommation locale. 

d- La chasse : Elle est faite à travers toute la commune par les amateurs, surtout pendant la saison sèche. Les produits sont destinés surtout à la consommation locale.

e- L’artisanat : il est peu développe, cependant on rencontre des forgerons, des cordonniers, des teinturiers, des tisserands qui évoluent sous la forme traditionnelle .

f- Le commerce : le commerce est peu florissant, cependant il existe dans la commune quelques commerçants détaillants. Les marchés hebdomadaires de Diakon et Doualé constituent des centres d’échange par excellence. 

4-INFRASTRUCTURES EXISTANTES

centre de santé 8

pharmacie 8

adduction d’eau 1

banque de céréale 6

caisse d’épargne 1

marché hebdomadaire 2

Ecole 1er cycle 13

2ed cycle 2

medersas 16

forages 54

6 puits à grand diamètre 56

parc de vaccination 2

centre d’accueil 1

micro-barrage 3 

 

- ATOUT ET POTENTIALITES:
8-1-Potentialités Humaines: Il existe dans la commune :
 - des organisations traditionnelles (Tous villageois, groupement des jeunes,
groupements des femmes) porteur du développement local traditionnel. Ils ont
comme objectifs : la conservation des mœurs et coutumes, les entres aides, le
développement social et économique des membres.
 - des associations de développement communautaires villageoises et inter
villageoises
Porteurs du développement local existent (Association pour le développement du
Soroma, Association des Maraîchers du Soroma, les associations des migrants
ect….)
 - des structures d’appui techniques ( AIDeB, GRDR, KARED, SLACAER) apportant des
appuis techniques
 - des coopérations bilatérales et décentralisées apportant des appuis financiers.
8-2- Potentialités naturelles: On peut citer autres :
 - la disponibilité des terres cultivable à fertiles 70% (source rapport Agence KARED)
 - plaines rizicoles
 - essence forestières comme : le baobab, le zizyphus ect…….
 - de nombreux cours d’eau saisonniers
8-3- Potentialités socio- économiques: la commune dispose de :
 - infrastructures scolaires, sanitaires
 - deux marchés hebdomadaires
 - beaucoup de sources en eau potable et d’irrigation (puits maraîchers)
 - des caisses d’épargne
 - des magasins de stocks, de vente de céréales et de denrées de première nécessité.
 - les routes Soroma-Bamako, Soroma- kayes, Soroma- Bafoulabé, (difficilement
 praticables pendant l’hivernage).
9 - CONTRAINTES ET DIFFICULTES:
Le diagnostic communal a permis d’identifier des problèmes de développement
économiques, social et culturel de la commune par rapport à certains domaines
a- Problèmes liés à la sécurité alimentaire: qui s’explique par :
 - l’insuffisance de matériels agricoles
 - la pauvreté des sols aux villages- la mauvaise gestion des récoltes
b-Enclavement: l’impraticabilité des pistes inter-villageoises et routes intercommunales pendant l’hivernage
c- Education: Malgré le nombre d’écoles existant, l’éducation se caractérise par :
 - faible taux de scolarisation
 - insuffisance du personnel enseignant
 - mauvais état des infrastructures scolaires
 - insuffisance de matériel didactique et équipement scolaires
 - difficulté de prise en charge des enseignants
 - insuffisance des centres d’Alphabétisation
d- Santé:
 - le manque des personnels sanitaires compétents dans beaucoup de centre
 - le manque de matériels adéquats dans certains centres de santé
 - la mauvaise gestion de certains centres
 - prévalence des maladies liées à l’eau
 - insuffisance d’assainissement des villages
e- Production animale :
 - faible couverture sanitaire des animaux
 - inexistence de dépôt de produits vétérinaires
 - dégradation de pâturages
f- Environnement :
Il est entrain de dégrader à cause de : coupe de bois, défrichement des nouveaux
champs, feux de brousse, les transhumants
g- Promotion féminine :
- Analphabétisme
- sous équipement
- surcharge des femmes
- non diversification des activités génératrices de revenus des femmes
h- Economie :
- faible pouvoir d’achat de la population
- insuffisance d’équipements collectifs marchants
 I- Sport :
 - manque d’infrastructures et équipements sportifs

Date de dernière mise à jour : 18/03/2020

  • 20 votes. Moyenne 4.95 sur 5.

Commentaires

  • Cvaa
    • 1. Cvaa Le 19/03/2020
    Bonjour a tous c’est intéressant votre travail je vous encourage toujours
  • MAH
    • 2. MAH Le 18/03/2020
    Franchement c'est vraiment intéressant ce site internet , ca ma permit de savoir un peu plus sur ma commune , je demande au manager du site de continue a mettre a jour le site.
  • Bak
    • 3. Bak Le 11/03/2020
    Vxwjk

Ajouter un commentaire